Le staff

 

Cela fait 46 ans que j’ai la chance de vivre et de voir à quel point la vie est merveilleuse.

Diplômée des beaux-arts, j’ai toujours aimé faire, fabriquer, enjoliver, organiser, pour moi et pour les autres. 

Depuis que je suis enfant, j’entretiens une liaison intime avec la nature. En 2010 nous avons planté et cultivé plus de 5000 bulbes de safran sur les terres de Cahan.

Récolter l’or rouge pendant 6 ans a été un pur bonheur.

Mais le manoir ne cessait de me faire de grands signes et de me dire :

« Regarde comme je suis beau et comme la Nature qui m’entoure est magique…ton safran s’épuise en terre, mais moi je suis inoxydable. Donnes-moi la chance de revivre et je ferai le bonheur du plus grand nombre. Tu as oublié, mais c’est ce à quoi tu aspires fondamentalement depuis toujours. »

Aujourd’hui, le manoir a revêtu son habit de lumière. Il rassemble les gens qui s’aiment et échangent dans la joie et la bonne humeur.

Quel est mon métier ?

Je travaille à être heureuse en rendant les autres heureux et c’est pour moi un des plus beaux métiers du monde.

Nathalie Soulas

REMERCIEMENTS

MERCI à mon père, car sans lui rien n’aurait été possible. Sa force, sa passion, et son expérience sont des guides inestimables.

Merci aussi à ma maman pour tout son amour, Yves qui nous a permis d’acheter cette propriété en 2006, Alain David, maire de Grand Fougeray pour son précieux soutien, Marcel Le Denmat de « FINANCAE » sans qui rien n’aurait pu voir le jour, mon ami Michel, Maellys pour ses soins énergétiques, Erwan Jamet pour la maîtrise d’œuvre  « CARACTÈRE AGENCEMENT » et tout son cortège d’artisans, Frédéric Berbudeau « FRED B DESIGN » celui qui a de l’or dans les mains, Julien ALLARD pour l’impulsion de départ, BRETAGNE ACTIVE, INITIATIVE PAYS DE VILAINE, LE CRÉDIT MUTUEL DE BRETAGNE, le cabinet comptable BOLLORÉ MAINGUETet la CCI de Rennes.


Je suis né en 1937 à MONCONTOUR en Poitou, je suis donc un bon vieux produit d’avant-guerre, un vieux solide comme disait mon copain Jean-Claude ; mais ne nous leurrons pas, nous sommes aussi très fragiles et tellement friables.

J’ai usé mes fonds de culottes sur les remparts de ce vieux donjons que possède MONCONTOUR. C’est sans doute pourquoi j’ai cet amour et ce respect des vieilles pierres.

Je suis tout de suite tombé amoureux de Cahan, de son manoir du XVème et de sa rivière qui passe à son pied.

Mais il est un peu tard pour moi, « les Saulines », « le Chalet », « la Gengaudière » et depuis 10 ans « Cahan », m’ont un peu épuisé.

Je passe donc le flambeau à ma fille, puisque nous avons acheté Cahan en commun.

Je suis heureux de ses initiatives et tellement fière d’elle.

Si vous passez un jour par CAHAN, demandez le jardinier du château, il a toujours un coup de rosé au frais !

Gérard Soulas